Qui sommes-nous à l'aube du XXIe siècle ?

Aujourd'hui, la Gilde au double prédicat, a repris les traditions du Grand Serment des Arbalétriers de Bruxelles, reconnu officiellement par la charte du 4 mai 1381, édictée par les ducs de Brabant, Wenceslas et Jeanne, et du Serment de Saint-Georges, établi dans ses droits en 1388 par la duchesse Jeanne de Brabant.

Rappeler la date historique du 2 avril 1304 semble pour nous une évidence. Ce jour-là, l'hôpital Saint-Jean céda aux Arbalétriers de Bruxelles, une partie du nouveau cimetière, situé à l'endroit dit le Sablon (De Zavel), pour y édifier un oratoire dédié à la Sainte-Vierge. Ils y firent bâtir ensuite l'actuelle église Notre-Dame des Victoires. Chaque année, avait lieu le Tir au Roy. Chaque arbalétrier recevait un méreau ou jeton de l'année, et celui qui abattait l'oiseau ou papegay était proclamé Roy du Serment.

Bruxelles, le 15 mai 1615. L'Archiduchesse Isabelle, invitée par les Arbalétriers, tira l'oiseau fixé sur le clocheton de l'église Notre-Dame des Victoires au Sablon.

Alors que nous sommes déclarés dissous, comme tous les autres Serments et Gildes, en vertu de la proclamation du 9 Vendémiaire an IV (1er octobre 1795), le Grand Serment de Saint-Georges est reconstitué, après quelques sorties sporadiques entre 1810 et 1830, par ses anciens membres à la faveur de l'instauration de l'Indépendance et de la Monarchie (1830-1831).

Le 11 juillet 1927, par sa signature, S. M. le Roi Albert 1er confirme la filiation délivrée par le Collège des Bourgmestre et Échevins de la Ville de Bruxelles, de l'actuelle société avec ses prédécesseurs, suite à la circulaire du 10 décembre 1866 éditée par la Jeune Union qui annonça le changement de nom du Serment en Grand Serment Royal de l'Arbalète au But de Bruxelles. Les historiens reconnaissent que les Arbalétriers étaient déjà présents à Bruxelles au XIIIe siècle. Il ne subsiste aucun document officiel qui puisse attester de la reconnaissance d'une Gilde à cette époque.

En vertu d'une histoire longue de plusieurs siècles, notre Serment perpétue toujours la tradition de l'Ommegang en y participant activement. Celui-ci était tombé dans l'oubli pendant plus de cent ans après le mariage de Napoléon et de Marie-Louise.

Tenant à reconstituer l'Ommegang, le Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles fut à la base de la création d'une société de l'Ommegang en 1928. La résurrection de cette procession, devenue sortie historique, eut lieu en 1930 (au lieu de 1931), à l'occasion de la célébration de notre 550e anniversaire.

Encore aujourd'hui, a lieu, chaque année, le samedi qui suit l'Ascension, la grand messe solennelle de la Gilde en présence du Représentant de S. M. le Roi, Haut Protecteur du Grand Serment Royal et de Saint-Georges. Au cours de la cérémonie religieuse, en l'église Notre-Dame du Sablon, église des arbalétriers, les Roys de Tirs sont intronisés et les nouveaux Compagnons de la Gilde prêtent le serment de fidélité au Roi, à la Gilde, à Saint-Georges et à la Ville de Bruxelles.

Sélectionner, parmi le noble tir à l'arbalète ancienne, dans des disciplines aussi diverses que le tir à 6, 10, 20 mètres au but, ainsi qu'au tir vertical à la Grande Perche historique, sur laquelle le papegay est toujours placé à la hauteur de 36 mètres, tel est un exercice délicat et difficile pour les arbalétriers de notre Serment.